règlement annexe
groupes bottin
scénarios préliens
gestion invités
FLUORESCENT ADOLESCENT, est un rpg de type vie réelle centré sur l'adolescence et la rivalité entre deux lycées. Vous avez la possibilité de jouer un lycéen, ou bien un citoyen de la ville fictive de SEOHAN dans laquelle se déroule l'action. Aucun nombre de lignes minimum n'est demandé, et un minimum de deux réponses par mois sont requises pour ne pas être en danger.
GOLDEN KIDS
COOL KIDS
0000 pts
0000 pts
STUDENTS
CITIZENS

0000 pts
0000 pts

 :: let's live it up :: shindo-gu - 신도 :: → quartier résidentiel Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

yuki ♡ there for you

Cha Minkyung
we could be royals
Voir le profil de l'utilisateur
→ arrivée :
01/10/2018
→ messages :
79
→ avatar + crédit :
kim jiwoo (wildblumen)
Sam 6 Oct - 20:15
A l’approche de la nuit, au creux de l’instant où le jour cède sa place et le ciel se constelle d’étoiles, minkyung se sent entière. Dans l’ombre de ses souvenirs scintille les plages dorées, uniquement éclairée par ce que la lune a à offrir. Pourtant ce soir ce sont les voitures et leurs phares qui agressent sa rétine en prédateurs insatiables; perchée à la fenêtre, contemplant la seohan nocturne dans son plus simple apparat, elle ne s’extasie qu’au compte des astres apparaissant petit à petit, malgré les lueurs de la cité qui les dévore sans relâche.

la ville laisse jamais voir assez d’étoiles.” elle ronchonne du bout des lèvres avant de se tourner vers toi, les pommettes rosies d’engouement. c’est qu’à ta vue ses chairs s’impatientent, l’âme entière dédiée à cette moitié qu’elle est tendrement persuadée d’avoir retrouvée. et ce soir la complicité paraît décuplée, agrainée par la maladresse de confessions cachées à la lisière de sa langue taquine. “laisse-moi voir tes yeux yu’, j’suis sûre que je peux en trouver encore plus dedans!

l’enfant-reine bondit de son piédestal et enjambe le vide qui la sépare du lit, s’y étalant dans un geste saturé de grâce chimérique. c’est l’étirement qui suit qui la rend féline, ses articulations craquant à la jointure de ses mouvements; minkyung se défait de ses souliers cirés et se recroqueville à tes côtés, les yeux fixés sur son plafond décoré de mille et une autres nébuleuses panachées. détournée de son objectif principal - à savoir compter tous les scintillements qu’elle saurait discerner dans le fond de ton regard - elle laisse s’échapper un soupir faussement éreinté, douloureusement consciente de l’énergie tourbillonnante qui picote encore l’extrémité de ses doigts. “dis, t’es fatigué?

minkyung n’a jamais été une lâche - toujours à foncer dans le tas si ses tripes le lui conseillent, en dépit des conséquences désastreuses. pourtant lorsqu’elle se redresse et détaille tes traits de la pointure aiguë de ses orbes caramel, c’est un nouveau genre d’appréhension qui l’empoigne par la gorge. alors, pour faire bonne mesure, la princesse pourlèche ses lèvres et exsude de toute la pression du monde, espérant instaurer le climat sérieux de ce qu’elle s’apprête à susurrer.

dis, à quel point tu crois que tu m’aimes?” c’est gorgé d’innocence et ça déborde de toute l’ingénuité du monde, pourtant le langage corporel le contredit - car elle s’extirpe de sa torpeur et se glisse plus près encore, intimement persuadée que la proximité saurait mieux que n’importe quel mot exprimer l’ampleur de ses sentiments. ou, du moins, de ce qu’elle pense ressentir. c’est l’allégresse qui la pousse à effleurer ton menton de son ongle soigneusement verni, une risette à la courbe rieuse soulignant ses lippes brillantes. “parce que moi, j’suis presque, presque sûre que j’taime un peu trop.

elle s’emballe peut-être (sûrement) et c’est ce même engouement qui manque de la faire plonger dans la gueule du loup ; pourtant la timidité nouvelle qui s’empare d’elle l’en empêche, à raison. lèvre inférieure rongée dans une espèce de nervosité qui n’a pas sa place entre vous, et ses doigts s’agitent pour s’enrouler gentiment autour des tiens. quelque part, la pression ne semble pas appropriée.


JE CODE CA QUAND JAURAI PLUS DE TEMPS
@hisakawa yuki

_________________

if i had a diamond heart
hisakawa yuki
my friends and i we got a lot of problems. administratrice
Voir le profil de l'utilisateur http://fluoado.forumactif.com/t473-mon-etoile-ce-sera-pour-toi-une-des-etoileshttp://fluoado.forumactif.com/t40-you-got-a-friend-in-me-hisakawa-yuki#86http://fluoado.forumactif.com/t38-hisakawa-yuki#83http://fluoado.forumactif.com/t39-hisakawa-yuki#84http://fluoado.forumactif.com/t41-hisakawa-yuki-yuchan#87
→ arrivée :
18/09/2018
→ messages :
617
→ avatar + crédit :
na jaemin + sunflower
→ double compte :
ji chaewon + shin hani
Sam 6 Oct - 21:29

there for you
@cha minkyung




o1. yuki n'avait pas réfléchi avant de foncer chez minkyung après ses cours. fatigué, ennuyé, il toqua et attendit que sa meilleure amie viennent lui ouvrir et se dirigea dans sa chambre. il connaissait cette maison comme le fond de sa poche, l'ayant traversé en long, en large et en travers au fil des années. chez minkyung, c'est chez yuki, et vice versa. les maisons se perdent et deviennent une personne plutôt qu'un amas de briques divisé en pièces.

affalé sur le lit de minkyung, il laissa ses paupières se fermer tandis que la plus agitée continuait de vagabonder dans sa chambre en parlant de tout et de rien. typical minkyung. et puis, elle parle d'étoiles. les étoiles ont toujours rappelé minkyung au japonais, parce qu'elles brillent, et qu'elles sont à des années lumières de ce qu'il mérite vraiment. comment pourrait-il mériter une perle rare?  lb]la ville laisse jamais voir assez d’étoiles. laisse-moi voir tes yeux yu’, j’suis sûre que je peux en trouver encore plus dedans![/b] dit-elle en ronchonnant, et bien qu'il ait les yeux fermés, il la sent s'allonger près de lui. son coeur s'emballe, d'un coup, menaçant de s'échapper de sa poitrine, de remonter le long de sa gorge et de sortir en glissant entre ses lèvres. il la sent, ce petit bout de femme, venir se blottir un peu plus contre lui au fur et à mesure et une envie de pleurer le prend. il se ressaisit - pas une bonne idée. alors, il essaye de respirer pour se calmer, et se dit qu'ouvrir ses yeux n'est pas une bonne idée. il est fatigué, elle ne l'est jamais. peut-être qu'elle réussirait à lui redonner un peu d'énergie et qu'il oublierait ce ... soucis.

dis, à quel point tu crois que tu m’aimes? son souffle se coupe, il pense s'étouffer, mais quand il recommence à respirer, l'air parait plus frais. et même glacial, contre l'extremité de ses doigts qui commence à se réchauffer, la chaleur se diffusant rapidement dans ses veines et sur sa peau. il aimerait répondre qu'il l'aime plus qu'elle ne peut imaginer, parce que minkyung c'est toute la vie de yuki, et qu'il sait, il est persuadé, qu'il ne pourrait vivre sans elle. une sorte d'excitation le saisit, il n'est plus fatigué maintenant, au contraire, il déborderait presque d'énergie. elle touche son menton, doucement, ce qui le fait frissonner, la sensation lui rappelant les  quelques vidéos d'asmr - ça lui avait fait le même effet de picotement dans le dos, c'était agréable. parce que moi, j’suis presque, presque sûre que j’taime un peu trop. edt puis ses petits doigts s'enroulent autour de ceux du japonais, et il se demande si il est temps qu'ils aient cette conversation, qu'ils ont peut être trop retardé.

il ouvre les yeux, lentement pour s'habituer à la luminosité de la pièce, et puis il se tourne légèrement pour regarder celle qui cause à son coeur l'emballement récent. moi aussi je t'aime un peu trop, je crois. ses yeux doivent pétiller, peut être même luire à cause des résidus de larmes. il tente d'attraper la main de minkyung, mais la sienne est moite, et d'un coup il est trop conscient de ce qu'il se passe, et il aimerait être englouti par le lit ou une des mille peluches qui jonche le sol de princesse minnie. en ce qui concerne les étoiles ... c'est les tiens qui en contiennent le plus et puis il sourit, il se sent un peu stupide maintenant, yuki, parce que cette conversation à l'eau de rose est un peu trop gnan-gnan pour eux deux.
Cha Minkyung
we could be royals
Voir le profil de l'utilisateur
→ arrivée :
01/10/2018
→ messages :
79
→ avatar + crédit :
kim jiwoo (wildblumen)
Dim 7 Oct - 15:51
moi aussi je t’aime un peu trop, je crois.” ça se glisse entre ses côtes et ça couve ses entrailles d’une chaleur un peu trop bienveillante pour ne pas la perturber. minkyung tremblote sous l’intensité de son regard et la peau tendre sous ses taches de rousseur rougit en coquelicots éclos à la hâte. c’est peut-être bâclé et maladroit mais ça fait s’agiter tout l’intérieur de la petite princesse. “en ce qui concerne les étoiles… c’est les tiens qui en contiennent le plus.” et là c’est la phrase de trop.

ça la fait éclater de rire et bondir sur toi, l’appréhension dévorée par son entrain de gamine pourrie gâtée. elle te serre dans ses bras et se dit secrètement qu’elle aime bien cette place, qu’elle n’a pas la moindre envie de s’en aller. c’est toujours ce genre de pensées malhabiles qui se faufilent dans le brouillard panaché de ses pensées, quand elle pense à toi ; l’habituel, le réconfort. tu endosses, sans le savoir peut-être, le rôle délicat d’ancrage, d’appui face aux typhons qui s’attaquent à sa vie. et elle n’a jamais été plus sereine qu’à cet instant volé, le nez fourré dans ton cou pour mieux percevoir ton odeur - et, quelque part, pour cacher l’ampleur de son embarras. “t’es tellement niais, c’est chaud.

l’audace s’extirpe d’entre ses lèvres et elle entoure ta taille de ses guiboles maigrichonnes, ses bras s’enroulant tendrement derrière ta nuque. “donc, on s’aime trop tous les deux. est-ce que c’est trop, quand c’est des deux côtés?” sourcils froncés sous l’effort mental que sa propre question lui inflige, et minkyung colle son front au tien, s’accapare le moindre astre qu’elle saura déceler au fond de ta rétine pétillante. c’est tendre et juste assez intime pour serrer sa gorge, pour presser son myocarde au rythme déjà erratique ; elle laisse un sourire danser sur ses lippes et son regard, déconcentré, s’attarde un instant sur la courbe des tiennes.

qu’est-ce qu’ils font, les gens qui s’aiment trop?” chuchoté sur le ton de la confidence ultime, minkyung s’emballe et presse sur ta joue un chaste baiser, la bouche légèrement collante d’un excès de gloss sucré. précise et attentionnée, elle essuie les traces brillantes de son maquillage sur ton derme pâle et un rire, plus nerveux que le précédent, vibre le long de ses cordes vocales. ça lui paraît si naturel et paradoxalement apatride, sa langue venant humecter les commissures anxieuses de ses lèvres rosées. “c’est toi le garçon, yuki.” la normalité s’imprime dans ses chairs et la princesse attend, fébrile, que son prince lui offre royaume et bonheur.


JE CODE CA QUAND JAURAI PLUS LA FLEMME
@hisakawa yuki

_________________

if i had a diamond heart
hisakawa yuki
my friends and i we got a lot of problems. administratrice
Voir le profil de l'utilisateur http://fluoado.forumactif.com/t473-mon-etoile-ce-sera-pour-toi-une-des-etoileshttp://fluoado.forumactif.com/t40-you-got-a-friend-in-me-hisakawa-yuki#86http://fluoado.forumactif.com/t38-hisakawa-yuki#83http://fluoado.forumactif.com/t39-hisakawa-yuki#84http://fluoado.forumactif.com/t41-hisakawa-yuki-yuchan#87
→ arrivée :
18/09/2018
→ messages :
617
→ avatar + crédit :
na jaemin + sunflower
→ double compte :
ji chaewon + shin hani
Dim 7 Oct - 16:54

there for you
@cha minkyung




o2. elle rigole, douce, pétillante, d'un rire enfantin qui entraine yuki à rire, lui aussi. sa gorge se déploie et se retracte sous les actions de minkyung, et puis elle se serre à yuki. il avait chaud, et froid, mais maintenant il était brûlant, sa peau en contact avec celle de sa meilleure amie, lorsqu'elle enfouit dans un premier temps son visage dans le cou du japonais, avant de coller leurs fronts ensemble. il soutient son regard, gloussant lorsque le visage de la belle se fit si proche du sien qu'il n'en distinguait plus qu'une forme abstraite et étrange. princesse minnie était devenue un cyclope au dessus d'elle, son regard perçant le sien à la recherche de quelconque objet qui fût sa lubie actuelle. il la serre, timidement, et puis un peu plus, il se dit que c'est peut-être le moment qui va tout changer dans leur amitié, ça le fait stresser, ses mains sont moites et il n'ose toucher la chair pâle dévoilée par son tshirt qui remontait à force de resserrer son étreinte. t’es tellement niais, c’est chaud. il sourit, ouais, c'est vrai que sa réplique était vachement niaise, à vrai dire, il le regrettait un peu, mais ce serait probablement un souvenir sympa à raconter, plus tard.

elle se colle un peu plus à lui, et yuki se demande comme il va bien pouvoir faire pour survivre à ça. il a l'habitude que minkyung soit tactile, imposante par sa force et son énergie physique, mais c'était une première, dans le sens où jamais il n'avait connu de conversation pareille. donc, on s’aime trop tous les deux. est-ce que c’est trop, quand c’est des deux côtés? c'est une bonne question, à laquelle il n'avait jamais pensé et n'avait pas de réponse, pour l'instant. il avait toujours évité de s'approcher de gens qui auraient pu devenir des crushs ou des amours, cette simple idée de tomber amoureux lui faisant extrêmement peur. ça avait toujours été différent avec minkyung, parce que bien qu'elle soit la plus belle fille du monde (après sa mère) aux yeux de yuki, elle était bien plus qu'une amoureuse, ou une petite copine. c'était sa seconde moitié, son âme soeur, un fil rouge les reliait, et basta. il ne s'était jamais imaginé l'aimer, comme ça, encore plus qu'il croyait le faire. je sais pas, minnie. c'est peut-être jamais trop. murmure-t-il, les joues rosies par la timidité et l'embarras. qu'est-ce qu'il aurait bien pu lui dire, là ? il tente de cacher sa maladresse par un petit rictus, mais celui-ci n'est que trop peu naturel, et il sait que minkyung comprendra. il n'a pas besoin de mot pour se faire comprendre d'elle.

qu’est-ce qu’ils font, les gens qui s’aiment trop? cela surprend le japonais, qui ne s'attendait pas à une telle éruption de confiance de la plus jeune. mais elle, elle est à l'aise, et elle n'a que peu de peurs, et elle est tout ce que yuki n'est pas. c'est pur ça aussi qu'ils se complètent si bien. elle l'embrasse sur la joue, et c'est - gluant. pas forcément super agréable, mais ses joues deviennent encore un peu plus rouges, et sa température corporelle remonte encore un peu. le gloss enlevé de sa joue, elle elle rigole encore une fois, comme elle le fait si bien, et là, il se rend compte que c'est agréable de l'entendre rire, même dans cette situation. je sais pas, minnie. dis moi, tu penses qu'ils font quoi, les gens qui s'aiment trop? il se détend un peu, et il réussit à soutenir un peu plus son regard, lui offrant même un sourire un peu plus narquois, attendant une réponse, qui ne tarde à arriver. c’est toi le garçon, yuki il rigole, s'apprête à lui dire gender is over mais en décide autrement. elle le regarde, un peu incrédule, et puis il déroule sa gorge et embrasse le front de sa princesse. c'est moi le garçon, et alors ? dit-il après, un air de défiance dans sa voix.




Cha Minkyung
we could be royals
Voir le profil de l'utilisateur
→ arrivée :
01/10/2018
→ messages :
79
→ avatar + crédit :
kim jiwoo (wildblumen)
Lun 8 Oct - 21:59
minkyung, sur son piédestal enfantin, avait toujours considéré l’amour comme irraisonné. rien de bon n’est sorti de ses amours passées, chacune d’entre elles esseulées par son désintérêt ou celui des autres - les cicatrices infligées par ses émois aux côtés vénéneux de hyuk restent gravé dans ses os et l’enfant-reine manipule son propre myocarde avec le plus grand des soins. pourtant quand elle glisse sur tes genoux et s’impose en instigatrice de la soirée, y a que de la confiance sur le bord de ses lèvres, de l’affection qui chatouille la pointe aiguisée de ses doigts enroulés derrière ta nuque.

c’est la stabilité qui fait tout pour elle, de celle qui contrecarre sa propre propension à s’emballer ; et quand elle réalise à quel point elle est à l’aise, perchée sur toi, elle se dit que finalement, l’équilibre elle l’a que quand t’es là, avec elle. pas quand elle grimpe sur les pyramides humaines ou qu’elle se tord sur les épaules de quelqu’un d’autre, mais bien quand elle se faufile dans tes bras et s’y réfugie pour dormir. “je sais pas, minnie. dis moi, tu penses qu’ils font quoi, les gens qui s’aiment trop?” ses joues se gonflent dans la frustration, petite fée n’attend que d’être ravie d’un baiser tendre.

tu sais rien yu, c’est super nul. finalement, je sais pas si je t’aime.” y a la taquinerie qui s’enroule autour de sa langue quand elle se réajuste, qu’elle se redresse juste assez pour te surplomber et se placer en souveraine absolue. “c’est moi le garçon, et alors?” et un léger soupir s’échappe d’entre ses lippes dès lors que son regard tombe sur les tiennes. elle est curieuse et, souvent, s’est demandée ce qui arriverait si vous vous entrechoquiez - pas de lèvres à joue ou à front, mais bien dans un de ces baisers qu’on ne voit que dans les films.

nul, nul, nul.” scandé alors même qu’elle se penche tout en douceur - contraste avec ses tendances électriques, elle laisse la tension s’installer et construit tout un univers entre vous. ses yeux hésitent entre les tiens et la courbe rieuse de ton sourire, pétillant de toute l’impatience du monde ; peut-être avait-elle voulu ça une infinité d’années auparavant, peut-être qu’elle refoulait depuis trop longtemps une explosion chamarrée de sentiments invraisemblables.

un énième nul s’échappe d’entre ses crocs et ses doigts remontent jusqu’à tes joues et les pressent gentiment, la malice agitant ses épaules d’un rire silencieux. et enfin, enfin, quand elle pense qu’il s’agit du moment parfait et que tout son être vibre - seulement à ce moment plonge-t-elle dans la gueule du loup, ses lippes fruitées glissant contre les tiennes avec l’hésitation des premiers contacts.
c’est magique et quelques étoiles brûlent, la prise de ses mains se raffermissant au fur et à mesure qu’elle danse ; pourtant quelque chose manque et c’est maladroit, un peu bâclé quand elle tente par réflexe de se pourlécher la bouche, aussitôt déformée dans une risette embarrassée. elle recule et l’humecte correctement, le souffle raccourci et haché. “oups, désolée.” l’agitation s’empare d’elle, envie soudaine et viscérale d’aller faire la course avec le soleil - quelque chose, quelque chose cloche. elle l’ignore dans une grimace bouffie de fierté.
voilà, je t’ai pris ton premier baiser.


JE CODE CA QUAND JAURAI PLUS LA FLEMME
@hisakawa yuki

_________________

if i had a diamond heart
hisakawa yuki
my friends and i we got a lot of problems. administratrice
Voir le profil de l'utilisateur http://fluoado.forumactif.com/t473-mon-etoile-ce-sera-pour-toi-une-des-etoileshttp://fluoado.forumactif.com/t40-you-got-a-friend-in-me-hisakawa-yuki#86http://fluoado.forumactif.com/t38-hisakawa-yuki#83http://fluoado.forumactif.com/t39-hisakawa-yuki#84http://fluoado.forumactif.com/t41-hisakawa-yuki-yuchan#87
→ arrivée :
18/09/2018
→ messages :
617
→ avatar + crédit :
na jaemin + sunflower
→ double compte :
ji chaewon + shin hani
Lun 8 Oct - 22:51

there for you
@cha minkyung




o3. l'amour ça n'avait jamais été la tasse de thé du japonais qui ne souhaitait pas forcément s'investir, mettre son coeur et pas que en danger. non, l'amour, ce n'était pas pour lui, il refusait tout contact trop émotionnel, ne s'éttachant qu'à de rares personnes qui réussisaient à se faire une place dans sa vie, par le destin ou à force de ... forcer, justement. à la place de perdre du temps avec ces histoires d'amour idiotes, le blondinet travaille, muscle ses guibolles sur le terrain de football, et pendant son temps libre, il travaille, avec pour seul objectif d'entrée à l'université. il profitera de sa vie plus tard. enfin, c'est ce qu'il se disait, mais minkyung avait apparemment d'autres plans, et ce que princesse minnie veut à un instant, princesse minnie doit l'obtenir sur le champ.

il s'amuse de la voir comme ça, et puis se redresse pour mieux l'observer, la chercher et la titiller, parce qu'après tout minkyung est comme une petite soeur à ses yeux, et que l'énerver fera quelques fois son bonheur. la voir partir au quart de tour en répétant une symphonie de nul, nul, nul le fait rigoler timidement. mais là, la princesse perchée sur son nouveau trône, il se sent bien, et il aimerait peut-être revivre ce moment, une fois, deux fois, trois fois, parce que tout semble planifié, millimétré et comme sorti d'un grand film à l'eau de rose, alors que c'est bien la première fois qu'il est comme ça avec elle, sur ses genoux, à essayer de couper la tension (qu'elle fût amoureuse ou sexuelle) au couteau.

tu sais rien yu, c’est super nul. finalement, je sais pas si je t’aime. il sourit, c'est sa minnie, mais après tout, il la connait bien. ravagée par un amour destructeur avec un type de nasan, avec une propension à tomber amoureuse tous les quatre matins et à changer d'avis au bout de quelques secondes. ça le fait rigoler, doucement, encore une fois, comme minnie sait bien le faire. mais quelque chose lui serre la gorge, là, d'un coup. (et si ça changeait quelque chose dans notre amitié, cette soirée? qu'est-ce que je ferais sans elle?). mais yuki est curieux, et il veut connaître le dénouement de l'histoire.

la gamine surplombe le blondinet, toujours assise sur ses genoux, et il se concentre pour ne commettre aucune faute (c'est-à-dire une apparition soudaine de son pénis qui viendrait s'en mêler). mais le moment est naïf, enfantin, et il se dit qu'il extrapole peut-être ses capacités physiques en mentales encore une fois. tu sais pas si tu m'aimes ? menteuse. c'est taquin, et son index pousse dans sa joue gonflée d'air pour le faire sortir de force par ses lèvres.

son myocarde se précipite, manqua de sortir par l'espace entre ses lèvres. manqueraient-ils encore une occasion ? yuki avait tenté, plusieurs fois, gosse, de lui dire qu'il l'aimait comme ça. gros comme ça. il lui disait en écartant ses bras, mais elle l'avait toujours rejeté d'un rire innocent et bruyant, et il faisait semblant de ne pas être blessé. mais là ... là sa princesse, d'un coup, fait le premier pas.

le baiser est maladroit, à l'image de ses parties prenantes, mais il ressent quelque chose dans son ventre et dans son coeur qui se met, étonnement, à battre encore plus vite. et puis, yuki ne bougeant pas, peut-être trop appeuré de faire quelque chose qui ne faudrait pas, elle tente de lécher leurs lèvres et - ew. elle s'éloigne, et quelque chose se brise dans l'atmosphère, il se rend compte que ce n'est peut-être pas de l'amour, mais il n'en est pas encore bien sur.


voilà, je t’ai pris ton premier baiser. déclare-t-elle avec fierté, et le japonais la regarde, incrédule. c'est vrai qu'elle avait, pour le moment, beaucoup plus d'expérience que lui, mais comment pouvait-elle être sûre qu'elle était le premier baiser de yuki ? il haussa les sourcils, et haussa les épaules. qui te dis que c'était mon premier baiser, d'abord ? souffla-t-il quand il reprit ses esprits.

Cha Minkyung
we could be royals
Voir le profil de l'utilisateur
→ arrivée :
01/10/2018
→ messages :
79
→ avatar + crédit :
kim jiwoo (wildblumen)
Sam 13 Oct - 20:34
et dans la plaie suturée de son myocarde, tu te glisses en baume apaisant. le palpitant emballé, infime couche de sueur illuminant ses tempes - elle perd le fil entre tes lèvres et la sensation sourde qui s’infiltre entre vous. elle l’ignore royalement ; peut-être que c’est le désespéré besoin d’avoir quelqu’un, quelque chose à laquelle s’accrocher qui la pousse à tirer sur votre lien - au risque de le briser, aussi solide soit-il. “qui te dis que c’était mon premier baiser, d’abord?

le sourire est carnassier, la courbe arrogante sur ses lippes brillantes. minkyung se penche, lente et méticuleuse, vers ton visage offensé. “moi je le dis. et puis, si c’était pas le premier, c’était le premier bien fait. enfin, presque.” y a un peut-être qu’on devrait recommencer qui flotte dans l’air entre vous, qu’elle ose pas souffler de peur d’éclater la bulle. parce qu’elle a un peu l’impression de flotter, elle est quasiment sûre que les étoiles brillent plus fort et qu’elles vous couvent.

ça t’irait bien, les taches de rousseur.” c’est juste assez soudain pour qu’elle se surprenne toute seule, les doigts collés à tes pommettes. rire incrédule, caresse le long de tes joues et regard glissé sous les cils - c’est tendre et ça lui suffit. “de toute façon, les premiers baisers, c’est toujours gênant. est-ce que c’était aussi bizarre pour toi que pour moi?” en un sens, ça lui a fait l’effet d’embrasser son frère - c’est qu’elle l’avait fait, une fois, aux alentours de ses huit ans. “ça doit être parce que c’est le début.

ses sourcils se froncent, leur arc accentué par l’épilation légèrement excessive. c’est son pouce qui passe d’abord sur tes lèvres, comme pour dessiner le terrain ; et quand elle descend, cette fois, c’est chargé de méticulosité et d’un brin de curiosité. elle construit, lentement, un nouvel univers - le genre prudent, expérimental, saturé d’affection. c’est glissé dans des nuances roses et jaunes, à mi-chemin entre le début et la fin du monde ; c’est plus joli et plus intense quand ses lippes frôlent les tiennes, soigneuses et alliciantes.

elle t’attire à elle d’une main agrippée à ton col et s’empare d’un peu trop de contrôle - pourtant plus habituée à suivre le rythme, c’est à son instinct qu’elle se fie et contre toi qu’elle se presse, l’espace d’un instant, juste assez long pour que ses poumons se vident de tout l’air inhalé. cette fois ça lui paraît plus naturel mais, surtout, plus platonique ; sans manquer de sentiment, c’est trop exempt de la passion à laquelle elle s’accoutumait dans ses relations précédentes.

soucieuse de vous séparer avant d’humecter sa bouch, c’est les joues rouges et le sourire tordu qu’elle t’analyse du regard. souffle court, aorte paniquée et la chair de poule courant le long de ses bras - là, c’est suffisant. “tu vois, quand tu fais pas n’importe quoi ça marche vachement mieux.” reniflement suffisant, l’effrontée te décoche sa plus belle risette et se laisse mollement tomber sur toi, réclamant silencieusement que tu passes ta main dans sa tignasse. l’ennui se glisse rapidement dans ses artères, et minkyung geint.bon, on fait quoi?


JE CODE CA QUAND JAURAI PLUS LA FLEMME
@hisakawa yuki

_________________

if i had a diamond heart
hisakawa yuki
my friends and i we got a lot of problems. administratrice
Voir le profil de l'utilisateur http://fluoado.forumactif.com/t473-mon-etoile-ce-sera-pour-toi-une-des-etoileshttp://fluoado.forumactif.com/t40-you-got-a-friend-in-me-hisakawa-yuki#86http://fluoado.forumactif.com/t38-hisakawa-yuki#83http://fluoado.forumactif.com/t39-hisakawa-yuki#84http://fluoado.forumactif.com/t41-hisakawa-yuki-yuchan#87
→ arrivée :
18/09/2018
→ messages :
617
→ avatar + crédit :
na jaemin + sunflower
→ double compte :
ji chaewon + shin hani
Lun 15 Oct - 22:17

there for you
@cha minkyung




o4. c'est long, c'est épuisant, c'est stressant. quelque chose palpite en lui, un peu partout, ses pores respirent et expirent sa princesse, ses lèvres exultent fièrement le dernier baiser volé. petit prince pense, petit prince respire et prend son temps, comparé à l'enfant en face de lui qui se dépêche et vit à cent à l'heure. ça l'amuse, ça lui donne une sensation de voyager dans l'inconnu, de faire des folies, de sortir de sa zone de confort. mais il en est toujours lui avec elle, de sa zone de confort, et il essuie ses lippes décorées d'une couche de gloss. et ça sent minkyung sur son visage et ses doigts, quelque chose danse dans son ventre.

moi je le dis. et puis, si c’était pas le premier, c’était le premier bien fait. enfin, presque la princesse est arrogante et impertinente devant lui, tantôt désarçonné et l'instant d'après maître de la situation. il sourit, c'est vrai que son premier baiser ... et bien, il ne pouvait simplement plus s'en souvenir. plus il cherchait, moins la sensation revenait, et il avait enfin l'impression de vivre quelque chose de réel, sans avoir eu besoin de quelconque liqueur pour se détendre avant. bien fait ? bof ... parce que c'était toi, c'était pas très bien. mais attends, je vais mieux le faire. et puis il se penche vers elle, toujours assise sur le trône des genoux du japonais, et il se lance, passant une main dans ses cheveux. c'est furtif, plus réfléchi, plus lent et calme, c'est mieux. il se détend quelques secondes contre les lèvres humides de la belle, et se retire presque aussi rapidement qu'il est venu, et sourit en voyant les yeux fermés de la princesse. il ne faut qu'un temps pour qu'elle se ressaisse et dise ça t’irait bien, les taches de rousseur. ça le fait sourire, et il se laisse tomber à la renverse sur le lit, entrainant minkyung dans sa chute. tu penses que je devrais m'en faire des fausses ? il hausse les épaules tant bien que mal et laisse ses yeux se fermer quelques secondes.

quand il y pense, la situation est étrange, mais il se laisse porter par la sensation. l'impression de faire quelque chose avec sa soeur le prend, mais il repousse cette idée. après tout, rien ne relie les deux par les liens du sang, alors ... (il laisse cette phrase en suspens dans sa tête, sans doute trop apeuré par la fin de cette pensée).

de toute façon, les premiers baisers, c’est toujours gênant. est-ce que c’était aussi bizarre pour toi que pour moi? il tente de réfléchir, mais c'est peine perdue car elle revient à l'attaque de ses lèvres, plus doucement et avec plus de précautions. ça réchauffe le coeur de yuki, qu'elle prenne son temps, d'abord de tracer le pourtour de ses lippes avec son index, et puis elle l'embrasse, et yuki referme les yeux. derrière ses paupières se dessine un tout nouveau monde coloré, des feux d'artifices explosent un peu partout et son myocarde s'emballe. petit prince l'attire plus près d'elle, la cale entre ses jambes et passe ses bras autour de sa taille avant de mettre une main sur sa joue pour y dessiner de son pouce des formes simples et enfantines, leurs lèvres se mouvent ensemble encore quelques secondes avant de devenir plus cru et pressé, minkyung attrapant son col et accélérant le rythme de la danse. les couleurs deviennent fades derrière ses paupières, son monde imaginaire s'écroule petit à petit au fil du baiser, et son rythme cardiaque revient à la normale avant qu'ils se séparent avant de repartir de plus belle quand il ouvre ses yeux et la voit déjà en train de l'observer. (mais qu'est-ce que ça veut dire?)

essouflés, ils se regardent dans les yeux pendant un temps, yuki trop déboussolé pour formuler une pensée cohérente, et elle, toujours aussi sure d'elle et confiante, tu vois, quand tu fais pas n’importe quoi ça marche vachement mieux. et elle tombe sur le japonais qui fait semblant de geindre de douleur. bon, on fait quoi? c'est typique de minkyung. sans le vouloir, elle prend et elle rend, elle commence quelque chose et se lasse, passe son temps à jongler entre les activités ludiques et enfantines, se construit, se brise et se relève dans la même journée. elle le fait aller vite yuki, parfois ça l'embête, et il la pousse un peu avec son torse sur le côté et la surplombe quelques instants sur le lit, les bras perchés autour de sa tête. ça te plait pas, ça ? il descend et lui vole un autre baiser, un simple bisou qui ne dure qu'une fraction de seconde. il sourit en voyant la tête de minkyung, plus surprise qu'autre chose et il se relève, s'étire comme s'il venait de se réveiller d'une sieste et attrape une peluche qui traine par terre pour la lancer sur sa meilleure amie. j'ai envie de manger une glace là, pas toi?



Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLUORESCENT ADOLESCENT :: let's live it up :: shindo-gu - 신도 :: → quartier résidentiel-
Sauter vers: