règlement annexe
groupes bottin
scénarios préliens
gestion invités
FLUORESCENT ADOLESCENT, est un rpg de type vie réelle centré sur l'adolescence et la rivalité entre deux lycées. Vous avez la possibilité de jouer un lycéen, ou bien un citoyen de la ville fictive de SEOHAN dans laquelle se déroule l'action. Aucun nombre de lignes minimum n'est demandé, et un minimum de deux réponses par mois sont requises pour ne pas être en danger.
ils sont à adopter


 :: let's live it up :: samyeong-gu - 사명 :: → nasan private school Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FLASHBACK - CONFESSION FT. KIM SAE YOUNG

Voir le profil de l'utilisateur http://fluoado.forumactif.com/t167-kang-moon-friday-highday#1311http://fluoado.forumactif.com/t174-kang-moon-friend-foeshttp://fluoado.forumactif.com/t172-kang-moon#1410http://fluoado.forumactif.com/t187-kang-moonhttp://fluoado.forumactif.com/t173-kang-moon-kangmoon
→ arrivée :
03/10/2018
→ messages :
87
→ avatar + crédit :
park chanyeol made by Jason ♡
→ double compte :
aucun
Mer 10 Oct - 3:30

this is my confession
kang moon & kim sae young

Love can be expressed in a myriad of different methods, but the most timeless and most treasured will always remain the classic love letter.

Le moment où j'ai enfin réalisé que je t'aimais, je m'étais attendue à tout sauf à ça. Je n'avais aucune expérience et ça m'a pris de cours. J'ai toujours pensé que l'amour allait me tomber dessus comme une brique. Que j'allais tout d'un coup être ébloui par quelqu'un et ce, au premier regard. Je pensais que ça allait se passer dans les contes de fées lorsqu'un prince plonge son regard dans celui de la jolie princesse puis tout fait du sens. Mais voilà que rien ne se passe comme dans les livres et me trouve con d'avoir cru que c'était comme ça que l'on tombait amoureux quand rien n'était jamais aussi simple. Je me souviens de cette journée comme si c'était hier Youngi. Une journée comme toutes les autres où nous étions tous les deux dans la cours récréation. Minki n'était pas avec nous et devait être en train d'étudier à la bibliothèque. Je n'avais pas d'amis et n'avait toujours eu que toi et mon frère pour me tenir compagnie.

Avant de venir te rejoindre, je me souviens avoir faite une fâcheuse rencontre qui c'est mal terminé. Je ne saurais dire pourquoi cet étudiant s'était moqué de moi, car ce n'était pas nouveau. Mais voilà que je ne m'étais pas attendue à ce qu'il me bouscule et me frappe au visage. Je crois qu'il n'a pas apprécié que je lui répondre, moi qui d'ordinaire, me laisse toujours faire sans jamais répliquer. J'ai pleuré comme une fille dans les chiottes. Je suis parvenue à arrêter mon saignement de nez, mais il m'avait été impossible de cacher les ecchymose qui commençaient déjà à se former sur ma peau de porcelaine. J'avais une sale gueule quand je suis venu te rejoindre dans la cours et me suis mis à chialer de nouveau lorsque tu m'as demandé ce qui s'était passé. Je ne voulais rien dire par orgueil, mais j'ai fini par cracher le morceau. Tu as pris ma défense Youngi et poursuivis ce pauvre type au travers de l'école pour lui en coller une. Je n'étais pas d'accord, mais je crois que c'est à ce moment précis que je suis tombé amoureux de toi.

Maintenant que j'y pense, réalisation n'est peut-être pas le bon mot pour décrire ce que j'ai ressentis, car ce n'était surement pas pour avoir utilisé tes poings que je suis tombé amoureux de toi. Mais voilà que quelque chose à ce moment-là m'a fait comprendre à quel point tu étais important pour moi. Autre que mon frère jumeau, personne ne s'était jamais soucié de moi. Mais toi, t'a toujours été là et t'es vite devenu celui à qui je me raccroche quand j'ai l'impression d'être sur le point de toucher le fond. Et puis ce jours-là, tu m'as encore montré que je pouvais compter sur toi. Je ne t'ai jamais rien dit à ce sujet et ça fait déjà plus d'un an que ça s'est passé. Je n'ai rien dit, mais tout était ressenti. Je ressentais tout. Tout ce que je n'avais jamais ressenti auparavant jusqu'à ce que ce soit devenu insupportable de garder le silence. Voilà pourquoi je me tiens devant toi le jour de la Saint-Valentin avec une stupide boîte de chocolat dans les mains. Je ne sais pas comment exprimer ces mots qui me sont étrangers et qui ne font toujours pas partis de mon vocabulaire. J'ai peur et tremble sous ton regard, mais refuse de faire marche arrière. Je me lance donc une bonne fois pour toutes et te tend ma boîte chocolat la tête baissée. Dis Youngi, ça te dirait d'être mon valentin ? Te demandais-je timidement. Tu sais, je t'aime bien voir même beaucoup et je me disais que... Continuais-je sur ma lancé. M'enfin, ce que j'étais de te dire c'est que je suis amoureux de toi... Voilà, je l'ai dis ! Après avoir crié ses mots, je fermais les yeux pour ne pas voir ta réaction. Quel con je faisais avec ma déclaration à deux balles...
(c) DΛNDELION

_________________
    this is a beautiful lie

    Between the meaningless jokes, back-and-forth conversations, I look like I’m fine. I pretend to be numb and smile as I try to turn around from your shadow but I keep thinking about our last moment. when I think of your name I get tears in my eyes and if I close my eyes for a moment I see only you. The feelings I’ve been trying to hide, quietly raise its head as I call you again with a desperate voice to love me.
Voir le profil de l'utilisateur http://fluoado.forumactif.com/t179-we-all-float-down-herehttp://fluoado.forumactif.com/t182-kim-sae-young-you-and-you-and-the-othershttp://fluoado.forumactif.com/t181-kim-sae-younghttp://fluoado.forumactif.com/t183-kim-sae-younghttp://fluoado.forumactif.com/t186-kim-sae-young-yougnie
→ arrivée :
04/10/2018
→ messages :
22
→ avatar + crédit :
do kyung soo ((jason))
Mer 10 Oct - 15:33
ConfessionYou're the last thing my head excpected
and the last thing my heart can lose
Ce jour-là, j’aurais pu l’oublier.

Et à te dire la vérité, j’aurais sincèrement aimé l’oublier. C’était un jour parfaitement normal, un jour où je m’étais posé dans la cour pour me plonger dans un bouquin quelconque dont je me souviens même pas du titre, sans doute un truc de science, probablement l’astrologie même. Minki était parti étudier à la bibliothèque, et d’une certaine façon, je crois que je t’attendais. J’avais souvent été tout seul mais bizarrement, depuis que je trainais avec toi et ton frère, ça m’embêtait de rester tout seul. C’était un jour parfaitement normal, banal, ennuyeux même. A ceci près que c’est le jour où je t’ai vu pleurer pour la première fois. Et c’est le jour où, pur la première fois, j’ai défoncé la gueule du connard qui était la cause de tes larmes. Je crois que ce jour-là, ça m’a plus mis en rogne de te voir pleurer que de voir des bleus sur ta gueule d’ange. J’avais foncièrement envie de tuer ce gars, et si tu m’avais pas arrêté, je l’aurais sûrement cogné jusqu’à ce qu’il crève dans mes mains.

Un an a passé depuis et c’est franchement un évènement que j’aurais préféré m’enlever de la tête. Quand j’y réfléchis encore aujourd’hui, je saurais même pas te dire pourquoi ça m’a autant énervé que quelqu’un te fasse pleurer, que quelqu’un s’en prenne à toi aussi gratuitement, juste parce que t’as eu le malheur de te défendre. Je crois que je me suis longtemps voilé la face concernant le fait que tu es beaucoup plus important pour moi que ce que je veux bien admettre. Mais c’est le passé, et on a plus jamais reparlé de ce fameux jour. L’eau a coulé sous les ponts et nous voilà plus d’un an après, plus précisément le jour de cette foutue fête commerciale qui pue la guimauve, que le commun des mortels appelle la saint-valentin. J’ai encore passé la journée à refuser les déclarations de filles qui sont persuadées que je suis l’homme de leur vie alors qu’elles ne me connaissent pas, qu’elles se font de moi une espèce d’image fantasque juste parce qu’elles me trouvent à leur goût physiquement. C’est donc épuisé et pressé de rentrer chez moi que je range mes affaires, avec une seule envie ; dormir, et mettre fin à cette journée à chier.

Mais toi Moon, tu en as décidé autrement. Tu m’as dit que tu voulais me parler et m’a demandé de te suivre sur le toit. Je me demande bien à quoi tu peux penser, ce dont tu veux me parler. Peut-être qu’une de mes prétendantes te plait et tu veux me défier en duel pour l’obtenir ? T’inquiète pas mon Moonie, je te la laisse avec grand plaisir. Les bras croisés contre mon torse, je te regarde, attendant tranquillement que t’oses me dire ce que tu veux. Bizarrement je suis toujours patient avec toi Moon, j’aurais envoyé se faire foutre n’importe qui qui m’aurait empêché de retrouver le seul véritable homme de ma vie le plus vite possible : mon lit. Mais pas toi. Toi tu m’inspires de la patience et une certaine forme de respect. Peut-être parce que t’es comme moi au fond. Un jour toi et moi on dominera le monde, c’est clair.

Mais voilà que tu me sors un truc incroyable. Je m’étais attendu à absolument tout comme déclaration, mais pas du tout à ça. Que toi Moon, mon pote, mon camarade, mon ami le plus proche, mon confident ; toi, Moon, t’es amoureux de moi. Je dois te dire que je suis parfaitement sous le choc et j’ai du rester con un bon moment, les yeux ronds comme des billes et le souffle coupé pendant je sais pas combien de temps. Merde. Je suis tellement sur le cul que je sais pas quoi dire, et d’ailleurs, j’vais sûrement dire de la merde…

- Tu… T’es sérieux ?

Bingo. Ça a pas loupé. J’ai dit de la merde.

Je sais que t’es du genre à déconner pas mal Moon mais je sais que tu te ferais pas chier à me faire toute une mise en scène pareille juste pour me faire une mauvaise blague. Je vois dans ton regard que tu te fous pas de moi, avec les chocolats que tu me tends, c’est clairement que t’es totalement sérieux. Je me racle un peu la gorge, totalement embarrassé.

- Désolé, c’est pas… Je sais que tu me fais pas une blague ou quoi, mais j’suis tellement… Surpris ?

Je fixe le sol en me grattant la nuque. Je sais même pas quelle réponse te donner, tu comptes beaucoup pour moi mais accepter une relation signifie pas rien, je risque de devenir trop faible si je me laisse fondre sous tes rayons qui brillent beaucoup trop fort pour moi et qui m’éblouissent. D’autant qu’y a mes parents, si je sortais avec un mec j’ose même pas imaginer ce qu’ils me feraient. Ils seraient capables de m’arracher les couilles avec les dents. Mais surtout, avant de penser à tout ça, y a une question qui me triture l’esprit…

- Pourquoi tu m’aimes moi, Moon ? Je suis qu’un con égoïste qui pense être supérieur au monde entier. Je te ferais forcement souffrir…

©️ 2981 12289 0

_________________
Sometimes I hate to love you'cause you are the piece of me I wish I didn't need chasing relentlessly I still fight and I don't know why if our love is tragedy why are you my remedy if our love's insanity why are you my clarity ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLUORESCENT ADOLESCENT :: let's live it up :: samyeong-gu - 사명 :: → nasan private school-
Sauter vers: